11/ Epilogue : les suites de la croisade et le destin du château - 1210, le siège du château de Termes : version web.

1210, le siège de Termes
Aller au contenu
  
11
EPILOGUE : LES SUITES DE LA CROISADE ET LE DESTIN DU CHATEAU DE TERMES
  
« Lorsque l'on sut  partout que Termes était tombé,
Les châteaux les plus forts furent abandonnés
Tout l'albigeois tomba, sans un seul coup donné ! »
La Canso, adaptation versifiée par Claude Marti.


  
Enluminure représentant la bataille de Muret (1213).

La prise de Termes a un large impact « médiatique ». L’image de Simon de Montfort en tant que chef de guerre est renforcée. Mais, les croisés semblent dès lors adapter leur stratégie, et évitent de s’aventurer à nouveau dans de tels arrière-pays montagneux, et favorisent parfois la négociation. Au printemps 1211, la conquête de l’essentiel de la vicomté est faite. Avec le Comte de Toulouse comme cible, la guerre se prolonge jusqu’en 1229 avec le traité de Meaux et la défaite des méridionaux.

Suite au siège, le château de Termes est confié à Alain de Roucy, compagnon fidèle de Simon de Montfort. La croisade des Montfort" (Simon, puis son fils) se poursuit jusqu'en 1224, date à laquelle Amaury de Montfort transmet ses droits sur le Languedoc au roi de France Louis VIII. Dans les années 1223-1226, la place est reprise par Olivier et Bernard de Termes, les fils de Raimond. Le roi de France Louis VIII décide de lancer une nouvelle croisade en 1226.

Bastion de la « guerre de Limoux et de Cabaret », le site est néanmoins pris et devient en 1228 une forteresse de la royauté française.

Bible de Maciejowski, F°9 détail.
  

Olivier de Termes
(vers 1200 - 12 août 1274)
Le fils de Raimond III de Termes est considéré comme « l’un des meilleurs chevaliers du monde » selon ses contemporains. Il a été un acteur majeur dans l'histoire Occitane et Catalane au XIIIe siècle.  

Fidèle à l'héritage familial, il combat d'abord les croisés français. En 1240, lors de la rébellion des méridionaux, il est un des meneurs du siège de Carcassonne. Cette rébellion, organisée par les seigneurs faidits est un échec et l’année d’après il se soumet directement au roi de France.  

Pour faire la paix avec l’Eglise, il part en Terre sainte au côté de saint Louis. Il devient un des plus fidèles soutiens du roi de France en Languedoc. Il se convertit au catholicisme et liquide tous ses biens en Corbières pour partir à plusieurs reprises en Terre sainte. Il décède à Saint-Jean d’Acre en 1274 à la tête des troupes du pape et du roi.


  
Reconstruction du château de Termes. Dessin Lionel Duigou.

Vers 1260, l’ancien village accolé au château est détruit. La population s’installe au niveau du village actuel. Jusqu’en 1653, date de sa destruction, le château de Termes est occupé par une petite garnison royale (environ une quinzaine d’hommes). Elle est chargée de tenir le pays et de surveiller la frontière entre la France et l’Espagne.

Le pape et l'inquisiteur, peinture de Jean-Paul Laurens.

  
La fin des cathares :
En 1233, pour en finir définitivement avec le Catharisme, l’Eglise catholique décide de mettre en place un tribunal religieux :  l'Inquisition. Ce tribunal va progressivement réussir à débusquer les hérétiques pour les condamner. Le 15 mars 1244, la reddition de Montségur se solde par la disparition du principal refuge de la hiérarchie cathare : plus de deux cents cathares sont brûlés. Le bûcher du dernier Bon Homme cathare occitan connu, Guilhem Bélibaste, en août 1321 à Villerouge-Termenès, marque la fin des cathares.

<<< 10    11              

MENU
01   02   03
04   05   06   07
08   09   10   11
 
  
  
11. Epilogue.

The capture of Termes, because of its importance, has a resounding impact.  In 1211 the whole viscounty is conquered. With the Count of Toulouse as his target, the crusade of the Montforts (Simon and then his son) continues until 1224, the date when Amaury de Montfort hands over his rights in the Languedoc to Louis VIII, the King of France.

In the years 1223-1226, Termes castle is re-occupied by Olivier and Benoit of Termes, Raimond's sons. In the face of the re-conquering by the lords of Languedoc, Louis VIII launches a new crusade and the lords of Termes submit directly to the King in 1228: Termes becomes a royal fortress.

After this the castle is  re-built, the old village is destroyed and the villagers settle at the level of the actual village today.

Until 1653, the year when it was dismantled, the castle is occupied by a garrison (about 10 to 15 men), whose job is to keep control of the land and to monitor the frontier between France and Spain.

  
    
  
11. Epílogo.

La toma de Termes tiene un enorme impacto. En 1211, el Vizcondado está totalmente reducido. La conquista de los Montfort (Simón y su hijo) se prosigue contra el Conde de Toulouse, hasta 1224, fecha en la que Amaury de Montfort transmite sus derechos sobre el Languedoc al rey de Francia, Luis VIII.

En los años 1223-1226, Olivier, hijo de Raimundo, vuelve a ocupar el castillo de Termes. Frente a la reconquista de los señores del Languedoc, Louis VIII arma una nueva cruzada y los señores de Termes tienen que someterse al rey, en 1228 : Termes se convierte en fortaleza real.

A partir de esta fecha, se reconstruye el castillo ; en cambio, se destruye la aldea, y la población se instala donde se sitúa el pueblo actual. Hasta su desmantelamiento, en 1653, el castillo está ocupado por una guarnición (unos quince hombres), encargada de controlar el país y de vigilar la frontera entre Francia y España.

Retourner au contenu